Skip to navigation – Site map

Le CERMOM

Centre de Recherches Moyen-Orient, Méditerranée - (EA 4091)-- INALCO

Directrice : Masha ITZHAKI

Le CERMOM résulte du regroupement de quatre équipes de recherche : le CARMA (Cercle Arabisant de Recherche sur le Monde Arabe, EA 3574), le CEH (Centre d’Études Hébraïques), l’ERISM (Équipe de Recherche Interdisciplinaire sur les Sociétés Méditerranéennes Musulmanes) et l’équipe des arabisants de Paris 4 Sorbonne. Le CERMOM est l’équipe d’accueil et d’adossement de la mention LLCO, spécialités : études arabes et études hébraïques du Master de l’INALCO. Les quatre équipes se réunissent autour de thématiques de recherches pluridisciplinaires, aréales ou transversales, dans une structure qui permet à la fois la réalisation de projets de recherche et d’encadrement doctoral tout en préservant une autonomie de fonctionnement, rendue nécessaire par l’existence d’une tradition aréale.

 Le CERMOM coopère scientifiquement avec les grands centres de recherche nationaux et internationaux. La mise en place de nombreux partenariats permet au CERMOM de mener une politique très active, notamment dans l’organisation de manifestations scientifiques dont le coût élevé ne peut pas être assumé par lui seul. Parmi ces partenariats, une place importante est réservée à tout projet qui permet de développer une coordination au niveau parisien et régional, notamment avec Paris III, Paris VIII, l’EHESS (l’IISMM), l’ENS de Paris. Des projets sont montés également en copilotage avec des universités françaises (Nancy 2) et des instituts français (IFPO à Damas), les partenariats sont établis en France, en Europe et auprès d’universités arabes, israéliennes et américaines.

Masha Itzhaki, Professeur des Universités est la responsable, Luc Deheuvels, Professeur des Universités est chargé des Études arabes et Michel Bozdemir, Professeurs des Universités a la responsabilité des questions turque et islamique.


The CERMOM (EA 4091) : Center of Research of Middle Eastern and Mediterenian Studies – INALCO

The Cermom is an interdisciplinary research center devoted to the study of Arabic studies, Hebrew and Jewish studies as well as Turkish and Islamic areas. The Center’s origins lie in four seperated groupes (CARMA, CEH, ERISM and SORBONNE) united on 2006, seeking to play a renowned role in illuminating the Middle East Studies in France, through research, publications, conferences and documentary collections. The number of researchers, specialists of different disciplines such as history, linguistics and literature, (as main members) is about forty and the number of doctorants is about sixty. Research initiatives of the Center focus on areas of collective strength. A particular strength of the CERMOM has been in the study of contemporary literatures, contemporary re-reading of classical texts, transmission of cultures and movements in the societies of the region. The current research projects are :

  • Journals and Literary Periodicals as Cultural and Political Vehicles in the Middle East during the beginning of the 20th century.

  • Communities in Mediterenian Societies.

  • Religious Discours and Politics.

  • ALIENTO (a transversal and comperative research about gnomological literature, creation of data base, in cooperation with Nancy II)

  • Thousand and One Nights.

  • Contemporary Arabic, Hebrew and Iranian Literatures.

The CERMOM has a scientifical and active collaboration agreements with many laboratories and universities all over the world. For example : with the IFPO in Damas, the CRFJ in Jerusalem, French Institut in Cairo, Egypte, several universities in Lebanon, Tel-Aviv University, Ben-Gourion University, Istanbul University, the SOAS in London, University of Venise, Santa Barbara University in the USA, as well as with the ENS, Nancy II, Paris 8, the EPHE and the EHESS in France.

Professor Masha Itzhaki is actually the Head of the Center. Professor Luc Deheuvels is in charge of Arabic Studies and Professor Michel Bozdemir of Turkish and Islamic questions.


Axes de recherche :

I. Renouvellements de l’écriture

1.1 Renouvellement dans les littératures contemporaines
Autour de cet axe se tient un séminaire transversal annuel (Mention Proche et Moyen-Orient), organisé chaque année autour d’un thème commun et élargi à la littérature iranienne. Organisé depuis 2006-2007, il réunit des spécialistes des littératures de langues arabe, hébraïque, turque, persane et est accompagné à partir de 2008-2009 d’une journée d’étude.
Organisation : CERMOM en collaboration avec le CERLOM, avec la participation du LACNAD à l’INALCO.

1.2 La littérature du monde : en collaboration avec UCSB, l’université de Vancouver et avec le CERLOM à l’INALCO
Responsable : Aboubakr Chraïbi 
Objectif : Donner les moyens aux spécialistes de la littérature, à travers une série de cinq rencontres internationales et d’ouvrages collectifs (2009-2013), de renouveler la pratique interprétative du texte littéraire en l’inscrivant dans une approche globale universaliste. 
Description générale :
Ce projet a été conçu à l’issue d’une série de colloques à Paris et Abû Dhabi, de rencontres à l’Université Simon Fraser, à Vancouver, et, surtout, lors du séminaire sur les Mille et une nuits, en avril 2008, à Long Beach, durant le congrès annuel de l’American Comparative Literature Association (ACLA). Il est porté de manière partagée par Dominique Jullien (Université de Californie, Santa Barbara), Aboubakr Chraïbi (INALCO, Paris) et Paulo Lemos Horta (Université Simon Fraser, Vancouver). L’argument, qui consiste à mettre en avant « la littérature du monde », et lancer un programme de travaux et de publications sur ce sujet provient de la convergence de facteurs particulièrement favorables.

1.3 Paris et la culture hébraïque au XXe siècle : rencontres et inspiration
Responsable :
Masha Itzhaki
Objectif : L’univers culturel parisien inspire de multiples façons l’imaginaire de la société juive hébraïsante du XXe siècle, tout d’abord en Europe, puis en Palestine sous le mandat britannique et enfin dans le nouvel État d’Israël. Tout au long du XXe siècle, Paris n’a cessé d’exercer son influence sur les artistes et intellectuels juifs du monde entier. Ce pouvoir d’attraction a façonné la communauté juive de Paris et lui a permis après-guerre de se reconstituer en attirant des immigrants. Paris, aujourd’hui, continue d’attirer les intellectuels juifs, notamment israéliens, qui viennent la visiter, s’y former, y faire des rencontres ou y nouer des liens. Ils y apportent leurs savoirs, leurs idées, leurs représentations propres pour les y discuter et les échanger avec les intellectuels et les artistes du monde entier qui s’y trouvent. Qu’ils y séjournent un temps ou s’y installent à demeure, ils entretiennent ce lien et perpétuent son influence partout où ils demeurent, notamment à Tel-Aviv où l’influence des courants parisiens philosophiques, littéraires et artistiques est patente et ne cesse de se développer, au gré d’allers et de retours, d’échanges et de dialogues, de polémiques parfois.
En collaboration avec l’Université de Tel-Aviv, Open University of Israël et Université Ben Gurion.

1.4 Mythe littéraire et utopie dans la littérature arabe
Responsable 
 : Luc Deheuvels 
Objectif : 
À travers la question de l’utopie se dessine celle du statut de la fiction dans le monde arabe (comment la fiction a-t-elle pu s’octroyer le droit de dessiner des projets de sociétés idéales, en terre d’islam, là où telle entreprise relève a priori de l’apanage des sciences religieuses) ; le projet a déjà permis d’identifier et d’analyser nombre de textes d’utopie, particulièrement dans la littérature arabe moderne. Est prise en considération en outre toute la littérature de contre utopie qui s’est développée dans le monde arabe contemporain. L’analyse est également menée en liaison avec celle du rapport au mythe, toute littérature d’utopie naissant dans une tension initiale avec le mythe. C’est sous l’angle du mythe littéraire que le travail est mené. Il porte sur l’identification et l’analyse des mythes littéraires, tant exogènes que nés dans la littérature arabe elle-même, ainsi que des représentations qui y sont liées. Il pose la question du rapport de la culture arabo-islamique au mythe, ainsi que celle de la place et des connexions et tensions, dans les sociétés arabo-islamiques, entre licite et illicite, dicible et indicible, entre écriture du Désir et écriture de la Loi.

1.5 La presse : support, langue et forme au Moyen-Orient, dans les dernières décennies du XIXe et premières décennies du XXe siècle
Responsables : Luc Deheuvels et Masha Itzhaki
Durant le XIXe siècle, la presse écrite de par le monde connut une effervescence sans précédent là où elle existait depuis déjà longtemps, mais pas seulement. En effet, la presse écrite du Moyen-Orient prit également son envol à la fin du XIXe siècle. Ceci se traduisit par une diversification rapide tout au long du vingtième siècle. Les premières décennies de cette période furent particulièrement décisives. La presse écrite prit alors de nouvelles formes génériques. Au Moyen-Orient, on note par exemple qu’après une naissance que l’on peut qualifier de tardive en comparaison à la presse en Occident, la presse écrite évolua très rapidement et donna naissance à une terminologie nouvelle et à une littérature périodique spécifique. Les revues et les journaux devinrent des vecteurs de la modernité et contribuèrent activement à la transformation des sociétés.
Ces caractéristiques constituèrent l’assise d’une grande partie de la littérature moderne et des nouveaux genres littéraires ainsi que des formes journalistiques particulières. Tout ceci contribua à la construction non seulement d’une langue et d’une littérature moderne, mais aussi à la mise en place de représentations collectives et de modes de communication singuliers au niveau régional, national et international.


II. Transmission et relectures de l’héritage classique 

2.1. Lecture contemporaine de la poésie médiévale : la théorie et la pratique
Responsable du projet
 : Masha Itzhaki
Objectifs : Ce projet a comme objectif l’examen d’une méthodologie de relecture du classique avec les outils théoriques contemporains. Le corpus à étudier est celui de la poésie médiévale, hébraïque et arabe lors de l’âge d’or en Espagne.
Description générale : La poésie hébraïque en Espagne, et la poésie profane en particulier, est le produit conjugué de deux sources culturelles extrêmement fortes : la poésie arabe classique d’une part, et, de l’autre, la langue de la Bible. La langue biblique est sans aucun doute la matière première utilisée par le poète, qui y puise en toute conscience, la langue des poèmes. En effet, pour la poésie médiévale, profane et sacrée à la fois, la Bible sert comme unique source linguistique, comparable par sa beauté et par sa grandeur au Coran. Cependant, cette poésie se situe à l’intérieur d’un cadre normatif bien établi et défini, tant en ce qui concerne la prosodie, que la répartition des genres et l’ornementation de la langue (al-badî‘), cadre emprunté directement à la poétique arabe de l’époque. Le poète hébreu en Espagne œuvre donc à l’intérieur de formes thématiques et rhétoriques données, adoptées de la poésie arabe, au sein desquelles il fait jouer les talents et les secrets de la langue biblique.
Membres internes du projet : Kadhim Jihad Hassan et Brigitte Foulon : MCF en langue et littérature arabe. 

2.2. ALIENTO : Base de données multilingue sur les énoncés sapientiels de la péninsule ibérique au Moyen Âge (arabe / espagnol / hébreu / latin et langues romanes) ALIENTO Analyse Linguistique Interculturelle d’Énoncés sapientiels et Transmission Orient / occident 
Ce projet est codirigé, organisé et financé par le CERMOM et l’université de Nancy 2. 
Responsables : Marie-Christine Bornes – Varol (CERMOM) ; Marie-Sol Ortola (Nancy 2)
Objectif : L’objectif du projet est de construire une base de données constituée de corpus sapientiels médiévaux composés, traduits et diffusés dans la péninsule ibérique entre le IXe et le XVe siècles, de leurs sources et des textes qui en sont issus. Ces corpus sapientiels seront numérisés ou saisis et balisés en XML/ TEI de façon à en dégager un corpus secondaire d’énoncés sapientiels indexé et compatible à grande échelle (encodage Unicode-UTF8). Il conduira notamment à :

  • Identifier et dégager les énoncés similaires (structure/contenu), de manière indépendante de leur langue ou culture d’origine, c’est-à-dire traiter aussi bien les corpus en arabe, en espagnol (et langues romanes), en hébreu, qu’en latin et, en aval,, en grec ou en araméen ; - Réaliser des recherches croisées, auteur/ouvrage/thème, des énoncés sapientiels dans des corpus multilingues ;

  • Informer sur les sources et la circulation des textes et sur leur postérité ;

  • Déterminer encore ce qu’est au Moyen Âge dans cet espace un proverbe, une sentence, un aphorisme...

En somme, ce dispositif permettra d’apprécier, à partir d’une matière exemplaire spécifique (les énoncés sapientiels brefs), particulièrement structurante au niveau de la pensée, le fonds commun, partagé des littératures et des cultures chrétiennes, juives et musulmanes à un moment et en un lieu (la péninsule ibérique entre le IXe et le XVe siècles), d’une importance capitale pour les échanges Orient/Occident et pour une meilleure connaissance de l’Autre.
Équipes externes associées :
ROMANIA [Nancy2] : Marie-Sol Ortola PR, UFR de Langues et Cultures Étrangères (dépt. Espagnol), HISCANT [Nancy2] : Mary Nelly Fouligny MCF, UFR Lettres (dépt. Lettres classiques), CELTED [Université de Metz] : Anne-Marie Chabrolle-Cerretini, MCF HDR (dépt. Sciences du Langage), SIREM [CNRS – Paris IV – ENS Lyon (GDR 2378)] : Marta Lopez Izquierdo, MCF (Dépt. LLC Espagnol, Université Paris 8), ISRAEL – Université Ben Gourion : Nili Shalev CC ; Haviva Yishaï MCF.

2.3. Les Mille et Une Nuits
Responsable 
 : Aboubakr Chraïbi 
Objectif  : Constitution d’une base de données de référence sur les Mille et Une Nuits : 1 – les sources manuscrites inédites.
Description générale : À la suite d’une série de publications et de colloques (Abû Dabi, Long Beach, Séville, Tunis, Fez et Paris) entièrement dédiés aux Mille et Une Nuits et qui auront marqué le contrat 2007-2010, la constitution d’une base de données de référence sur les Mille et Une Nuits sera sans doute le projet le plus solide et le plus ambitieux du nouveau contrat, et qui le débordera certainement. Il s’agira en l’occurrence de réunir de manière systématique à la fois les sources primaires et secondaires relatives aux Nuits, et en privilégiant dans un premier temps les sources manuscrites inédites, d’en relever le contenu, de les classer et de les intégrer au site web du Cermom à l’Inalco. Les sources turques seront notamment prises en considération, puisque les manuscrits turcs, et notamment ceux conservés à la Bibliothèque nationale de France, sont les seuls textes non arabes antérieurs à la traduction d’Antoine Galland (1704-1717) et par conséquent élaborés indépendamment de celle-ci. La coopération de la section arabe de l’IRHT (CNRS), à laquelle de nombreux microfilms des manuscrits des Nuits ont été demandés, sera également très précieuse pour la réalisation de ce projet.    


III. Pensée, histoire et langage

3.1 Réécriture, commentaire et étude comparée d’al Amânât wal I’tiqadât de Saadia Gaon et du Kitab al luma’ d’Ibn Djanâh de Cordoue
Responsable : Mahmoud Azab
Objectif  : Réécriture en caractère arabe, avec commentaire et étude comparée d’une partie du patrimoine arabe de Saadia Gaon (Xe siècle), Al Amânât wal I’tiqadât, sur la théologie juive et de Ibn Djanâh de Cordoue Kitab al luma’, un des premiers traités de grammaire hébraïque.
Une équipe de recherche, à laquelle Mahmoud Azab appartenait, sous la direction de Haïm Zafrani et André Caquot, a déjà publié dans la décennie 1990, une partie de la traduction de la traduction arabe de la Bible écrite par Saadia Gaon.

3.2 Classiques des sciences sociales dans l’étude de l’Israël antique et du Proche-Orient ancien
Responsable :
Madalina Varteganu-Joubert
Objectif : Examiner la portée qu’ont pour l’Histoire ancienne du Proche-Orient un certain nombre de dispositifs intellectuels élaborés dans des disciplines connexes – les sciences sociales – et qui sont devenus classiques. Le dialogue entre sciences sociales et histoire ancienne du Proche-Orient est encore à ses débuts et nous aimerions débattre de la fécondité d’un tel échange interdisciplinaire pour dégager de nouvelles problématiques de recherche.
En collaboration avec le Centre Gernet


IV. Des sociétés prémodernes aux sociétés contemporaines

4.1 L’Adab
Responsable : Catherine Mayeur-Jaouen 
Faire l’histoire des riches consonances du terme et de son histoire dans le monde arabo-musulman est une vaste entreprise qui ne peut être que collective.
Les thèmes abordés sont : 

  • Origines de l’adab

  • Adab et littérature

  • Histoire de l’adab soufi (avec l’UMR Monde iranien)

  • Adab et akhlâq à l’épreuve de la modernité (avec l’UMR Mondes turc et ottoman).

4.2 Migrations égyptiennes
Responsable :
Delphine Pagès
Objectif : Créer un réseau de chercheurs travaillant sur ce thème afin de favoriser les échanges et interactions entre personnes travaillant sur un même sujet. Il s’agit de monter un programme de recherche, centré sur une analyse comparée des migrants égyptiens, à travers leurs trois principaux systèmes migratoires régionaux (pays du Golfe, Europe, Amérique du Nord) qui sont par ailleurs les trois principaux pôles d’attraction mondiaux des migrations internationales. Partant de ces trois systèmes régionaux européen, nord-américain et moyen-oriental qui fonctionnent globalement comme trois modèles migratoires distincts (en simplifiant à l’extrême, intégration, melting pot et pluralisme culturel, refus de l’intégration), il s’agira d’explorer l’impact de ces trois environnements et de leurs déclinaisons nationales sur les relations entre transnationalisme et intégration.

  • Figures de migrants dans la littérature et/ou le cinéma égyptien.

  • Représentations de l’émigration dans la presse égyptienne.

  • Élaboration d’un lexique sur les mots de la migration (français/anglais/arabe/hébreu/turc).


Des prophètes et des poètes : Hébreu-Arabe, Arabe-Hébreu

Projet quadriennal
Organisateurs : Masha Itzhaki ; Aboubakr Chraïbi
Deux cultures, qui s’appuient sur des langues très proches, un vocabulaire souvent analogue, ont eu autant besoin l’une que l’autre de sublimer leur réalité, avec pour outil principal le verbe, le mot, presque toujours sacré, des textes et des personnages partagés entre deux mondes, entre terrestre et céleste, entre prophètes et poètes, où la loi, le destin, la puissance divine, la beauté, la sagesse, la mémoire des peuples passés occupent une place prépondérante.
Cette proximité entre l’hébreu et l’arabe, à laquelle prédisposait la langue, est devenue enracinement et continuité avec l’arrivée de l’islam. Les prophètes et les peuples passés sont devenus une matière tangible dont les vestiges, encore palpables, et les leçons, toujours présentes, prennent valeur d’héritage commun. Le verbe dont la force et la beauté étaient l’apanage du poète préislamique est devenu quant à lui une sorte de miracle, avec le Coran, progressivement transformé en un modèle d’éloquence. Adam, Noé, Enoch, Joseph, Moïse, David, Salomon ont naturellement pris place dans l’histoire de la civilisation islamique naissante, en provenance assumée du judaïsme. Bien entendu, tout héritage est difficile à partager, ou alors il se modifie et se métamorphose.
Les reprises et les mélanges, dans une civilisation islamique nouvelle, sous des influences nouvelles, voient apparaître une nouvelle pensée, de nouveaux genres, qui vont circuler, surtout en Andalousie cette fois en sens inverse, de l’arabe vers l’hébreu, comme les cas exemplaires de la maqâma et du muwashshah. Autre phénomène notable : la propagation à très grande échelle, des traditions et des créations locales. De la même manière que l’arabe va faire connaître, sous l’habit islamique, Moïse, Joseph et Salomon jusqu’en Inde, l’hébreu va à son tour faire connaître les produits de l’islam, en tant que civilisation, dans d’autres régions du monde.
S’appuyant en totalité ou en partie sur des sources arabes, souvent en symbiose avec ces sources, l’hébreu jouera un rôle de premier plan, à l’époque médiévale, dans la circulation des textes et des idées entre Orient et Occident, avec, en littérature par exemple, la production ou la traduction vers le latin d’ouvrages comme la Disciplina Clericalis, Barlaam et Josaphat ou Kalîla et Dimna.
Une grande proximité donc, voire une certaine complicité, à certains moments historiques ; des différences aussi, qui, on le sait bien, peuvent être source d’enrichissements mutuels, comme donner prétexte à de fortes ruptures. C’est pourquoi les deux cultures en sont aujourd’hui à s’interroger plus que jamais sur leur rapport, plaçant, précisément à cause de leur proximité historique et géographique, les questions d’identité et d’altérité au centre de leurs interrogations, dans de nombreuses créations, dans le cinéma, la poésie et la littérature romanesque.
En somme, se dessinent à travers de tels flux et reflux, entre l’hébreu et l’arabe, l’arabe et l’hébreu, depuis le socle commun des prophètes et des poètes jusqu’à l’imaginaire séparation ou l’impossible départage, quatre grandes approches, quatre axes principaux de recherche, chacun pouvant être l’objet d’une rencontre, sous forme d’un colloque international dédié, et d’une publication spécifique :

  • 1re année : De la Bible et des traditions juives au Coran et aux traditions islamiques (Prophètes, vizirs et rois, la cosmogonie et les anges, etc. dans les écrits et dans l’art)

  • 2e année : Créations et continuités médiévales : la problématique des nouveaux genres et formes arabes (maqâma, muwashshah, ghazal, qasîda, mathal etc.) et leurs adaptations hébraïques.

  • 3e année : Circulation, traduction et extension : de l’arabe via l’hébreu vers l’Europe. (Les sciences et la pensée, les œuvres consacrées au savoir et à l’adab tels que Kalîla et Dimna, Disciplina Clericalis, Barlaam et Josaphat, etc.)

  • 4e année : La rupture moderne : la littérature et l’autre / la littérature de l’autre (études consacrées aux images de l’Arabe dans la littérature israélienne, aux Juifs dans les œuvres arabes, au bilinguisme, traductions arabe-hébreu, hébreu-arabe, questions de réception, etc.)


A four-year project : Prophets and poets : Hebrew / Arabic – Arabic / Hebrew
Organizers : Masha Itzhaki ; Aboubakr Chraïbi
Two cultures - the languages of which are very close ; an often similar vocabulary - both of which needing to render their realities sublime. With the Verb being their primary tool - the word, almost always sacred ; with texts and characters torn between two worlds, between earthly and celestial, between prophets and poets. Cultures in which law, faith, celestial power, beauty, wisdom and the memory of past nations has a predominant place.
This proximity between Hebrew and Arabic, to which the language was predisposed, took root and became continuity with the advent of Islam. The prophets and the nations of the past became tangible matter. Its still palpable relics and its still relevant lessons became a common heritage. The Verb - the strength and beauty of which were the privilege of the pre-Islamic poets - became a sort of miracle with the Koran being progressively transformed into a model of eloquence. Adam, Noah, Enoch, Joseph, Moses, David and Solomon naturally found their place in the nascent Islamic civilisation maintaining their openly Jewish origin. Of course any heritage is difficult to share and so it can change and be completely transformed.
The usage and mixing in the new Islamic civilization under new influences saw the appearance of new ideas and a new genre which spread mostly in Andalusia, this time in the opposite direction from Arabic to Hebrew and of which the maqâma and the muwashshah are exemplary cases. Another significant phenomenon was the propagation on a large scale of local traditions and creations. In the same manner that Arabic, made Moses, Joseph and Solomon known in their Islamic form as far away as India, Hebrew spread the products of Islam, as a civilisation, in other regions of the world.
Basing itself partially or totally on Arabic sources and often in symbiosis with them, Hebrew played a leading role in the circulation of texts and ideas between the Orient and the Occident during the medieval era. An example in literature is the production and the translation into Latin of works like the Disciplina Clericalis, Barlaam Josaphat or Kalîla et Dimna.
An important proximity, or even complicity at certain historic moments then ; but differences too which as we know can be a source of mutual enrichment as well as being a pretext for important divisions. This is why today more then ever, both cultures are questioning their mutual relationship by posing – precisely because of their historical and geographical proximity - questions of identity and otherness as a key part of their questioning in numerous creations in cinema, poetry and fiction.
In summary, through such exchanges between Hebrew and Arabic, Arabic and Hebrew, from the common basis of the prophets and poets to the imaginary or impossible separation, four important approaches and four principal axes of research appear. Each can be a subject of a meeting, as a dedicated symposium, and of a specific publication :

  • First year: From the Bible and the Jewish Traditions to the Islamic Traditions (Prophets, viziers and kings, Cosmology and Angels etc. in the writings and the art)

  • Second year: Medieval creations and continuities : the problematic of the new gender and Arab forms (maqâma, muwashshah, ghazal, qasîda, mathal etc.) and their Hebrew adaptations.

  • Third year: Circulation, translation and extension : from Arabic via Hebrew toward Europe. (Sciences and hought, works devoted to knowledge and to Adab like Kalîla and Dimna, Disciplina Clericalis, Barlaam and Josaphat ...)

  • Fourth year: The modern divide : Literature and the Other / the Literature of the Other (studies dedicates to the image of the Arab in Israeli literature, to the image of the Jews in Arab works, bilingualism, translations from Arabic to Hebrew and from Hebrew to Arabic, questions related to critics, etc.)