Navigation – Plan du site
L’éditorial

Avant-propos

Masha Itzhaki et Françoise Saquer-Sabin
p. 11-12

Texte intégral

1La production littéraire israélienne, à l’aube du XXIe siècle, se caractérise par une extraordinaire diversité thématique et stylistique qui ouvre la voie et donne de la voix à des auteurs de toutes origines, religions et couches sociales.

2Ce numéro de YOD comporte les actes du colloque organisé en mai 2008 à l’INALCO (Paris) et à l’Université de Lille 3, qui se donnait pour objectif de célébrer le soixantième anniversaire de la littérature israélienne, mais aussi et surtout de mettre en évidence la diversité littéraire d’aujourd’hui et d’en étudier les différents aspects.

3Yigal Schwartz pour la prose, Ruth Kartun-Blum pour la poésie ouvrent ce numéro avec des études synoptiques, consacrées aux démarches culturelles et sociologiques, caractéristiques de la littérature israélienne en hébreu. Une recherche de Zohar Shavit, en clôture, fait le point sur la réception de cette littérature en France. Les multiples composantes, sociales, ethniques, et communautaires, de la société contemporaine s’expriment enfin à travers l’art de la narration. En témoignent les articles de Lily Perlemuter sur Dudu Busi ou de Rina Cohen-Muller et de Lev Hakak, sur les auteurs originaires d’Égypte et d’Iraq, ou encore de Michel Tauber sur les écrivains d’origine russe. Ziva Avran, Élisa Carandina et Dorit Shilo se penchent sur l’expression littéraire féminine et ses caractéristiques, ainsi que sur le rôle des poétesses et écrivaines dans les milieux littéraire et éducatif.

4Les ténors de la littérature israélienne ne sont pas pour autant marginalisés et les évolutions dans les écrits d’auteurs pouvant être qualifiés de « classiques », comme A.B. Yehoshua ou Aharon Appelfeld sont analysées par Françoise Saquer-Sabin et Alessandro Guetta (pour Yehoshua) et par Masha Itzhaki (pour Appelfeld). D’autres expressions artistiques issues de la littérature sont également traitées, dans des articles consacrés au théâtre (Nurit Yaari) et au cinéma (Yaël Munk).

5Une place à part est consacrée aux littératures en langues autres qu’hébraïque : la littérature en arabe d’une part, sous la plume de Sobhi Boustani, et en yiddish d’autre part, dans un article de Yitsthok Niborski.

6Enfin, pour illustrer les études savantes et donner le goût de la lecture, un choix de poèmes est offert par deux poètes et une poétesse présents au colloque : Ronny Someck, Dory Manor et Hava Pinhas-Cohen.

7YOD no 14 contient également le deuxième article dans une série portant sur les études juives en Europe de l’Est, sous la coordination d’Alessandro Guetta. Cette fois, il s’agit de la Roumanie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Masha Itzhaki et Françoise Saquer-Sabin, « Avant-propos », Yod, 14 | 2009, 11-12.

Référence électronique

Masha Itzhaki et Françoise Saquer-Sabin, « Avant-propos », Yod [En ligne], 14 | 2009, mis en ligne le 22 octobre 2010, consulté le 22 mars 2017. URL : http://yod.revues.org/58 ; DOI : 10.4000/yod.58

Haut de page

Auteurs

Masha Itzhaki

Articles du même auteur

Françoise Saquer-Sabin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Yod – Revue des études hébraïques et juives est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page