Skip to navigation – Site map
Éditorial

Avant-propos

Masha Itzhaki

Full text

1En septembre 2014, à l’occasion de la parution en France du roman Ce qui reste de nos vies, un colloque consacré à l’œuvre de l’écrivaine israélienne Zeruya Shalev, née en 1959 au kibboutz Kinneret et vivant à Jérusalem, a été organisé à Paris par l’Inalco (CERMOM) et l’université Ben Gourion de Beer Sheva. Y ont participé des chercheurs français et israéliens. En octobre de la même année, Shalev a été lauréate du prix Femina étranger pour ce même roman.

2La première partie de ce numéro est consacrée à l’œuvre de cette écrivaine. Yigal Schwartz et Avner Holtzman, deux célèbres spécialistes de la littérature israélienne, consacrent leurs articles à une lecture novatrice du premier roman de Shalev, peu connu et non traduit en français, Danser, s’arrêter (רקדתי עמדתי 1993), en analysant d’une part sa réception difficile et, d’autre part, son rôle en tant que source pour les romans qui ont suivi. Schwartz insiste surtout sur l’utilisation personnelle faite par Shalev du modèle de la lamentation biblique. La question de savoir si on peut écrire une histoire personnelle, déconnectée du politique et du national en Israël, est au centre de l’article de Tamar Setter sur le roman Vie amoureuse. Elisa Carandina traite de la problématique de l’espace et ses différentes strates dans Thera, tandis que Hadas Shabat‑Nadir analyse le style particulier de Shalev lorsqu’elle parle de la mort dans Ce qui reste de nos vies. Pour conclure, Gisèle Sapiro propose une étude détaillée et précise de la réception de Zeruya Shalev dans l’univers littéraire français.

3La deuxième partie, Varia, comporte trois articles traitant de sujets différents, mais représentatifs des études hébraïques et juives en général : Moisés Orfali étudie le domaine de la logique chez les auteurs juifs en Espagne médiévale, Brigitte Caland propose une lecture psychanalytique de la première nouvelle de S. Y. Agnon, « Agounot » et Sharon Bar‑Kochva analyse le mensuel Yontev‑bletlekh, l’un des premiers périodiques yiddish, publié à Varsovie entre 1894 et 1896.

Top of page

References

Electronic reference

Masha Itzhaki, « Avant-propos », Yod [Online], 20 | 2015, Online since 25 January 2016, connection on 25 June 2017. URL : http://yod.revues.org/2220

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Yod – Revue des études hébraïques et juives est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page